14 juillet 2019

16 juin 2019 à Dalibougou, une journée de l'enfant africain placée sous le signe du recueillement

Cette année, le thème de l’événement :
«Action humanitaire en Afrique, les droits des enfants d’abord» 
Ce thème est choisi chaque année par la commission des experts des droits de l’enfant de l’Union Africaine, à travers la Charte Africaine des Droits et du Bien Être des Enfants (CADBEE). 

Mais à Dalibougou, cette année, compte tenu des récents événements tragiques et meurtriers survenus dans le nord et au centre du Mali à Ogossagou et à Sobane-Da ou Sobane-Kou, tout le pays est en deuil.
Nous avons donc décidé ne pas célébrer cette journée comme les autres années.
Une cérémonie très sobre au menu, 
pour manifester notre solidarité aux peuples et communautés éplorées.

Les faits marquants de la journée furent :
- un exposé sur le 16 juin 1976 à Soweto, 
par Mamadou Touré, le président fondateur de Sinjiya-ton Mali,

- un moment de recueillement et de prières pour les disparus en Afrique du Sud et au Mali, 
un moment pendant lequel tous les jeunes et enfants de Dalibougou présents portaient symboliquement les couleurs du deuil à travers des bandeaux et des bandes tissus noirs sur la tête et autour des poignets.

Le 16 juin est aussi le jour de deux anniversaires à fêter plus joyeusement à Dalibougou,
ceux de Issou et de Petit Mamadou.
Joyeux anniversaire à tous les deux :)

Le lendemain, invitation au Palais de la Culture
Pourquoi le 16 juin ?

Les enfants de Dalibougou sont invités le 17 juin au Palais de la Culture

Lundi 17 juin 2019, les enfants de Dalibougou sont invités au Palais de la Culture Amadou Hampaté BA de Bamako.

Ils sont invités à assister à la cérémonie officielle de la célébration de la journée de l'enfant africain par le Ministère de la Promotion de la Femme, de l’enfant et de la Famille, 
en présence du Président de la République du Mali, 
des membres du gouvernement, du parlement des enfants du Mali, 
des partenaires techniques et financiers, 
des missions diplomatiques et consulaires accréditées au Mali, 
et des acteurs intervenant dans le domaine de l’enfance 
et des enfants et jeunes des structures d’accueil et d’hébergement.


Plus haut, quelques souvenirs de cette journée qui n'avait pas la couleur de celle de la veille à Dalibougou.


16 juin 1976 en Afrique du Sud, juin 2019 au Mali, les enfants payent cher la folie des hommes :(

Afrique du Sud 1976

Le 16 juin, avec le soutien du mouvement de la conscience noire, des écoliers et des étudiants noirs de Soweto en Afrique du Sud, se rassemblent pour protester contre l'obligation qui leur est faite de suivre leur enseignement en afrikaans, la langue de la principale communauté blanche du pays et identifiée à l'apartheid....
La répression est terrible !
Le bilan est officiellement de 23 morts et 220 blessés, mais le bilan réel n'est pas vraiment connu. 

On parle de plusieurs centaines de morts et on avance parfois 575 morts dont 570 noirs. 
Nombre d'entre ces enfants furent touchés par balles dans le dos. 
L'un des premiers morts, 
Hector Pietersen, un jeune garçon de 12 ans, 
devint le symbole de la répression aveugle du régime. 

Mali 2019 

Les 9 et 10 juin 2019, 

43 ans après le massacre de Soweto, 
des hommes lourdement armés ont lâchement attaqué des populations civiles de Sobane-Kou ou Sobane-Da, un village dogon de 300 habitants situé dans la commune de Sangha, dans le Cercle de Bandiagara.

Le bilan fait officiellement état de 35 morts dont 24 enfants et de nombreux blessés et portés disparus…


Depuis, les attaques meurtrières se sont répétées, le bilan n'a fait que progresser...
Les enfants paient cher la folie des hommes :(

29 juin 2019

La Fondation DAMBE Colonel Sékou TRAORE Edmond DERREUMAUX, une fois encore aux côtés de Sinjiya-ton.


À l’occasion de l'édition 2019 du 16 juin, 
"journée de l'enfant africain",
la Fondation DAMBE Colonel Sékou TRAORE Edmond DERREUMAUX a procédé à un don de matériel informatique au bénéfice des enfants de Dalibougou.
Ce don est composé d’un lot de six ordinateurs PC. 


Ces ordinateurs viennent renforcer le parc informatique* de la salle informatique de Dalibougou, qui se fait vieillissant.
Les instituteurs de "l'école maison" ainsi que les jeunes utilisent cette salle informatique très fréquemment. 
Elle est très importante car l'école malienne ne forme pas les élèves, à cet outil si précieux pour l'avenir de chacun.
Grand merci à la Fondation DAMBE,
à sa constante présence aux cotés des enfants de Dalibougou !

* Il est bon de rappeler que
le matériel informatique équipant cette salle a été offert par des donateurs privés ou des entreprises, et les travaux d'aménagement ont été réalisés grâce à un don du voyagiste solidaire vision du monde (lire l'article "Un grand merci aux entreprises solidaires des actions de Sinjiya-ton").
D'autres articles sur ce blog dont celui-ci de l'année 2019.

Le Choeur Gospel de Vincennes et Sinjiya-ton : récit d'un partenariat solidaire

Marie fait partie du Choeur Gospel de Vincennes, dirigé par Elisabeth.
Sinjiya-ton a bénéficié d'une contribution de partenariat de leur part, 
contribution destinée à doter un(e) jeune étudiant(e) aveugle, de famille très modeste, d'un matériel informatique spécifique.
Mamadou Touré, président de Sinjiya-ton Mali, a répondu positivement à cette demande exceptionnelle.
Il a rencontré Yaya Touré, dit "Vieux". 
Vieux a 23 ans, il a perdu la vue à l’âge de 12 ans. 
Il est aujourd'hui étudiant (licence en sciences de l’éducation à l’Université de Bamako).


Il y a 11 ans, devenu aveugle, Vieux a du poursuivre ses études à l’Institut des Jeunes Aveugles à Bamako,
puis à l’Université de Bamako.
 

C'est donc par l'intermédiaire de Marie (personne également aveugle), que Mamadou a pu offrir à Vieux, 
cet ordinateur portable de marque Lenovo, muni d’un système d’exploitation de Windows 10, avec un clavier numérique vocal, adapté aux personnes souffrant de déficience visuelle. 

Jusqu'à présent, la compilation de ses cours et ses données personnelles, ainsi que ses recherches, ses préparations d’exposés, ses travaux de mémoire…,
étaient retranscris sur des feuilles et des cartons (photos ci-dessous).


Heureusement pour lui, tout cela est maintenant de l'histoire ancienne.
Cette acquisition, va certainement révolutionner sa vie estudiantine :)


De la part de Vieux : 
"grand merci au Choeur Gospel de Vincennes !!!
grand merci à Élisabeth et à Marie !!!"
Vous pouvez retrouver le Choeur Gospel de Vincennes sur facebook.
Sinjiya-ton a été heureux de ce partenariat, 
et souhaite à ce jeune étudiant, 
le meilleur pour la suite !!!



-->

12 juin 2019

L'association Bamako-sous-bois, solidaire de Sinjiya-ton

Bakary Gandega vit à Montreuil.
C'est un ami du grand frère de Bi (éducatrice et institutrice de "l'école maison").
Il est adhérent de l'association Bamako-sous-bois, 
et responsable du collectif artblock production.
Il a profité de son séjour au Mali pour rendre visite aux enfants de Dalibougou et leur offrir un magnifique goûter.
Voici quelques photos de son passage à Dalibougou, très apprécié par tous.
Lunettes bleues et turban rouge, il n'est pas très difficile à repérer :))

Un grand merci Bakary !!!
À bientôt à Dalibougou !!!

5 juin 2019

Merci Sophie pour cette formidable idée !!!

Un arbre "généalogique" spécifique à Dalibougou !
Cette idée a germé dans la tête de Sophie avant d'y partir cette année.
Ce n'est qu'un début car ce sera un long travail pour que tous les enfants pensionnaires de Dalibougou y soient présents...
Bravo pour ce premier jet !!!
Batoma et Maï nous présentent la totalité de ce bel arbre :)
Merci Sophie pour cette idée formidable !
Merci les enfants pour la réalisation !
Merci aux anciens pour la mémoire !

Sophie à Dalibougou, pour la troisième fois !!!

Sophie était très attendue à Dalibougou. 
De retour à Paris, elle nous envoie ce petit courrier ci-après et des tas de photos de ses 2 semaines partagées avec les enfants de Dalibougou.

"Le 20 avril 2019, pour la troisième fois, je me suis rendue pour 2 semaines à Bamako, dans la grande et belle maison de Dalibougou.
Quel plaisir de retrouver ce lieu si vivant où les enfants que j’avais vu à mes 2 séjours précédents ont bien grandis, et de faire connaissance avec les 5 nouveaux ! 


Logée en chambre d’hôte et très bien accueillie dès mon arrivée, j’ai vécu ce séjour pleinement. 
Merci à Batoma et Néné, les cuisinières, attentives à préparer de bons repas qui permettent d'être en forme tout le séjour.
Ensemble, avec Tante Bi et Léopold, éducateurs et instituteurs de l’école maison, nous avons mis en place des ateliers de peinture, contes et relaxation, ainsi qu'un rafraîchissement du jardin suspendu, qui en avait bien besoin :)



Toujours enthousiastes, les enfants ont réalisé des peintures individuelles et collectives, montrant de nombreux talents.

même en cas de panne d'électricité, on continue :)
Une sortie organisée par Mamadou Touré dans une ferme maraichère a permis à tous les enfants de Dalibougou et du voisinage de profiter d’une radieuse journée pendant laquelle beaucoup de mangues ont été dégustées avec bonheur ! 


Je n’oublierai pas le retour de cette journée où tous chantaient dans le camion !!
J’ai eu également la chance de profiter de la ville à plusieurs reprises (musée, parc, CCF) et notamment pour un magnifique concert de Rokia Traoré racontant l’histoire du Mandé. 


Moments de rafraichissement dans ces moments de grande chaleur, des baignades en piscines sur Bamako ont été très sympathiques !"



À bientôt Sophie, 
et merci pour toutes tes belles idées !!!

31 mai 2019

Extrait de l'un des textes de l'exposition de Arnold Grojean : Koungo Fitini (problèmes mineurs)

Kalifa nous dit comment il est devenu un 
"enfant de la rue" de Bamako.



Extrait du "livre de Kalifa", 
l'un des enfants ayant participé à l'atelier photo/écriture de Dalibougou.
(Atelier animé sur plusieurs années, par Arnold Grojean, photographe).
Exposition présentée à la galerie Fait et Cause à Paris en mars 2018 
et à la galerie Contretype à Bruxelles en avril 2019.





Un témoignage "éclairant" !