15 juillet 2015

Édition 2015 de la journée de l'enfant africain

Cette année, c'est au centre de détention de Bollé,
que l'association Sinjiya-ton Mali a choisi de fêter la journée de l'enfant africain.
l'arrivée des enfants de Dalibougou à Bollé

Avec le concours de l'administration pénitentiaire, l’équipe d’encadrement de Sinjiya-ton Mali et les enfants de Dalibougou ont pu partager cette journée avec les détenues dans ce Centre Spécialisé de Détention pour la Rééducation et la Réinsertion pour Femme et Filles (CSDR-F)


Étaient présents pour cette journée :
- des représentants des ministères de la justice, de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille,
- des représentants de la Direction Nationale de l’Administration Pénitentiaire et de l’Education Surveillée, de la Direction Nationale de la Promotion de l’Enfant et de la Famille (DNPEF), du Tribunal pour Enfant de Bamako,
- des représentants des directions de Centre Spécialisé de Détention pour la Rééducation et la Réinsertion pour Femme et Filles (CSDR-F) et du Centre des mineurs garçons de Bollé,
- des détenus femmes, filles et quelques mineurs garçons (invités pour l’occasion),
- des représentants du personnel pénitentiaire des deux (2) centres,
que nous remercions pour leur participation.

Au menu de cette journée :
- discours de circonstance avec rappel sur les faits historiques du 16 juin 1976 à Seweto (Afrique du sud)
- remise de dons en nature par Sinjiya-ton Mali au bénéfice des détenues (vêtements de toutes les tailles et toutes saisons parmi lesquels des vêtements tricotés par les grands-mères solidaires, vêtements pour bébés et tous petits qui ont bénéficié aux mamans détenues avec leurs bébés ou tous jeunes enfants). 


- animations artistiques et culturelles animées par les enfants de Dalibougou et quelques artistes invités,


- théâtre-forum sur les pratiques liées aux mariages précoces et ses multiples conséquences.



Autre temps fort de cette journée, animation dansante pour tous,
un moment bien apprécié par les femmes et les filles privées de libertés,


et enfin, un bon tièbe pour le déjeuner, 
préparé sur place par l'équipe des cuisinières de Dalibougou, renforcée pour cette journée.
l'équipe des cuisinières 
Au moment de se quitter, forte émotion et beaucoup de larmes, des 2 cotés du portail...
Rappelons que les jeunes de Dalibougou et certaines jeunes femmes détenues se sont connus souvent rencontrés dans la rue avant que leurs chemins ne se séparent.


Précisons que les jeunes femmes détenues n'apparaissent pas sur ces photos pour des raisons de confidentialité,
mais que cette journée a été initiée par Sinjiya-ton Mali à leur attention et il semble qu'elles n'ont pas boudé leur plaisir.


Nous ne les oublions pas !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire