21 juin 2011

Mehr témoigne en direction de ses pairs de Dalibougou et d'ailleurs

Mehr s'adresse à ses pairs devant les invités de Sinjiya-ton Mali à l'occasion de la journée de l'enfant africain.
"Mesdames et Messieurs honorables invités, bonjour.
Aujourd’hui nous sommes ici dans le cadre de la célébration de la journée de l’enfant africain.
Cette journée est une date mémorable pour les enfants, parce que c’est un certain 16 juin 1978 en Afrique du Sud plus précisément à Soweto sous le régime de l’apartheid, que des milliers d’enfants furent massacrés. 
C’est en souvenir et à titre de rappel à cette date que j’aimerais faire un témoignage sur tout ce que l’association Sinjiya-ton fait pour nous, les enfants.
Pourquoi ce témoignage ? 
En effet tout est parti du moment où Sinjiya-ton voulait venir en aide à nous, les enfants. Pour cela, l’association nous a fait savoir que cette aide ne pourrait se faire sans quelques préalables, dont l’alphabétisation, en priorité.
Pour un départ,  je n’étais pas de cet avis, mais très vite les réalités de la vie m’ont rattrapées  parce que souvent, même étant en apprentissage professionnel en coupe-couture, j’avais des difficultés de communication avec les étrangers avec lesquels j’étais appelé à travailler.
C’est ainsi que j’ai compris qu’ être alphabétisé n’est pas seulement pour devenir bureaucrate, mais c’est aussi pour pouvoir mieux gérer sa vie.

Ainsi, j’invite tous mes amis enfants et jeunes et surtout ceux qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école, d’accepter d’être alphabétisés parce que ça nous aide et nous facilite l’apprentissage professionnel !!!

Mohamed Tangara dit Mehr, je suis un jeune en formation professionnelle coupe-couture et pris en charge par Sinjiya-ton Mali.
Maintenant on va écouter ensemble quelques morceaux que nous avons préparés spécialement pour vous. 
Je vous remercie."


C'est nous qui remercions Mehr pour ce témoignage si fort.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire