12 décembre 2017

Bourama, Sékou, 2 jeunes de Dalibougou en stage de professionnalisation à la Manutention Africaine Mali

Depuis, le mois de septembre, 
la Manutention Africaine Mali, (concessionnaire Caterpillar et membre du réseau JA Delmas, une société basée à Bordeaux en France),


a ouvert ses portes à deux jeunes de Dalibougou, pour un stage de formation professionnelle de quatre mois.


Ci-après, les jeunes en action, chacun avec leur chef d'unité.
Bourama a 22 ans. 
Il fait son stage à l’atelier de soudure.

Sékou a 20 ans. 
Il a jeté son dévolu sur les archives. Il compte devenir archiviste.

Tous les deux sont très conscients d’avoir eu la chance de pouvoir bénéficier d'une formation dans cette entreprise qui les a fait rêver dès leur première visite de présentation.
À la cantine
Ils espèrent que cette expérience acquise leur ouvrira de nouvelles opportunités professionnelles.
Bonne chance les jeunes !!!

Merci à Monsieur Bedarida, le directeur de la Manutention Africaine Mali !
Merci aux chefs d’unités des 2 jeunes pour leur implication dans la qualité leur formation !
Merci  à tout le personnel pour son accueil chaleureux !
Merci à Emma pour les photos !


11 décembre 2017

Batoma, de retour à Dalibougou !!!

Batoma* est rentrée à Dalibougou fin octobre,
après 4 mois passés en France pour de nouveaux soins, 
accueillie dans diverses familles de Espoir pour un Enfant, dans les alentours de Montpellier. 
À l'aéroport de Bamako, rencontre entre Batoma et Sidiki Diabaté, jeune star malienne, fils de Toumani Diabaté...
Selfie obligatoire :)

Batoma sera encore accompagnée par Espoir pour un Enfant qui continuera à lui fournir régulièrement ses pansements.

Merci à Espoir pour un Enfant pour ce soutien au long cours! 

Batoma, de 2012 à 2017 entre Mali et France.


30 novembre 2017

Maria, journaliste indépendante, écrit un article après une nuit en maraude avec Mamadou Touré

Maria Rodriguez Gonzalez est une journaliste espagnole indépendante.
Il y a quelques mois, après avoir réalisé une maraude de nuit aux côtés de Mamadou Touré dans les rues de Bamako, 
elle écrit sur son expérience.
La revue MUNDO NEGRO publie son reportage  (lien)dans son numéro de novembre 2017.

Un grand Merci à Maria pour ce reportage édifiant sur la situation des enfants de la rue de Bamako et sur le travail réalisé par Sinjiya-ton au plus près de ces enfants.

Pour ceux qui ne comprennent pas l'espagnol, n'hésitez-pas à utiliser le traducteur de Google :)



24 novembre 2017

La journée internationale de l'enfant 2017, fêtée à Dalibougou.

Cette année, la journée internationale de l'enfant a été l'occasion de l'inauguration de la nouvelle bibliothèque de Dalibougou, dont le  ruban fut coupé 
par Monsieur Maridjé Keité, adjoint au Maire de Magnambougou,
et par Madame Ramatoulaye Derreumaux, Présidente de l'association Dambé*, déjà présente auprès de Sinjiya-ton Mali l'année dernière.


 
Depuis 1997, date de la création de Sinjiya-ton Mali, cette journée du 20 novembre est l'occasion pour l’association, de mener des actions d’information, de sensibilisation, de plaidoyer et de lobbying en faveur de l’enfance au Mali.

Cette année, en présence d’un public venu massivement, 
chefs coutumiers et politiques, notables du quartiers, représentants de structures, écoles partenaires, fournisseurs, familles voisines, enfants et jeunes du quartier et ceux de la rue, organes de presse écrite et audiovisuelle,  ce fut encore une belle journée !

Les acteurs clés de cette journée phare furent les enfants et jeunes accueillis à Dalibougou et encadrés par l’association Sinjiya-ton Mali, 
Comme d'habitude, ils se sont illustrés à travers des activités artistiques et culturelles 
(sketchs sur l’importance de l’enregistrement des naissances, chants sur la vie des enfants de la rue, marionnettes..) afin de pouvoir faire passer des messages forts à l’endroit du public qui avait fait le déplacement.
 


Une visite guidée de l'association, puis un cocktail ont mis fin au programme de la matinée.






La journée a ensuite continué en musique pour finir autour d’un bon déjeuner.


Rappelons que les aménagements et les équipements de ce projet ont été cofinancés par la Mairie de Vincennes, à travers sa médiathèque**.
Les livres sont des dons de provenances diverses (écoles, entreprises et particuliers)
Merci à tous ces généreux donateurs !!!

* Lire l'article de mali Jet concernant l'association Dambé et son soutien à Sinjiya-ton Mali  (ici)
** La ville de Vincennes solidaire des enfants de Dalibougou, (ici)

10 novembre 2017

Les SaKaWoulé fêtent leur anniversaire au profit de Sinjiya-ton !



Les SaKaWoulé ont 10 ans !!!

Un anniversaire qui sera fêté le 18 novembre, à l'espace culturel de Nangis*, 
au profit de Sinjiya-ton et des enfants de Dalibougou.
Venez nombreux !!!

Il y a 5 ans, au sein de l'association Ludafrik, cette belle équipe de la Brie était déjà aux côtés de Sinjiya-ton.


Voici le lien pour savoir ce que nous avions écrit concernant cette super soirée.

Joyeux anniversaire au SaKaWoulé !!!
Bravo et merci pour votre belle énergie à soutenir Sinjiya-ton !!!


8 novembre 2017

Des équipements sportifs pour les enfants de Dalibougou,

Visite très appréciée à Dalibougou !
Celle de Anna, chargée de programme des ressources naturelles à l’ambassade de Suède au Mali,
et de Antonio, travaillant pour le compte de EUCAP Sahel pour le Mali (mission pour la formation de la police malienne) qui ont pu collecter et offrir des équipements sportifs aux enfants de Dalibougou.


Maillots, shorts, bas, protège-tibias et chaussures à crampons ont fait la joie des enfants et jeunes sportifs de Dalibougou.

Quels beaux cadeaux !!!
Un grand merci à Anna et Antonio  !!!

6 novembre 2017

Rentrée 2017-2018, les enfants et jeunes de Dalibougou ont repris le chemin de l'école

Comme chaque année à Dalibougou, c'est le rituel des dotations en fournitures scolaires qui précédera encore la rentrée.
Cette année, elle aura eu lieu le 9 octobre...

Djigui (Ousmane) s'attelle à la répartition
Fournitures enfournées dans le sac, chaque enfant et jeune de Dalibougou avance vers son école respective...

Les enfants et jeunes ne fréquentant pas l'école publique ont également retrouvé leur institutrice et leur salle de classe "maison".


L'ancien "instituteur maison" ayant quitté ses fonctions, 
Bi, éducatrice à Dalibougou depuis bien longtemps maintenant, a endossé ce rôle, à la demande des enfants qui en ont l'air tout à fait contents. 
Bonne chance Bi et bon courage pour ce nouveau défi !

Bonne année scolaire à toutes et à tous !!!


3 novembre 2017

Les toats-masters du Mali pour une action solidaire envers les enfants de Dalibougou.


Le 3 octobre dernier, au nom du forum et des toast masters* du Mali, Mara Toé, bénévole à Dalibougou auprès des enfants accueillis, et également toast master, 
a remis aux enfants de Dalibougou, de la part de ses collègues toast master, une enveloppe de 150.000  fcfa (229€), ainsi qu'un tableau.

En effet, le 30 septembre, les toast masters du Mali, avaient initié un forum de créativité à l’hôtel de l’Amitié, à Bamako.
À cette occasion, une exposition vente d’œuvres d’art (entre autre) a eu lieu, et une partie des bénéfices s'est vue destinée à l’association Sinjiya-ton.



Merci à Mara,
Merci à Amadou Diakité (organisation de ce forum),
Merci à tous les toasts masters du Mali !


* Toastmasters International est une organisation basée essentiellement sur la promotion de la communication et du leadership. Elle a été fondée en 1924 aux Etats-Unis à l’initiative du Dr Ralph C. . et compte aujourd’hui plus de 13.000 clubs membres répartis dans 116 pays à travers le monde.

1 septembre 2017

De stagiaire à bénévole à Dalibougou, Mara, graphiste, témoigne de son engagement solidaire.

Mara est arrivée à Dalibougou à la faveur d’un stage d’immersion. 
Elle a vu... Elle est restée...
Depuis lors, elle anime une activité autour du livre et de la lecture.
Elle nous présente son initiative par ce témoignage :

Mara et quelques "membres du club Sinji Lecture"

Club de lecture à Dalibougou : «Sinji-Lecture» 
À Dalibougou, il y a des amoureux cachés du livre et de la lecture !
Je me présente et je m’explique.

Je m’appelle Mara Toé, graphiste de métier et passionnée par le tumulte environnemental scientifique et social et surtout prise de compassion pour la population vulnérable et laissée pour compte que sont les enfants de la rue.

Je suis, si je peux me permettre cette composition qui m’est adaptée, chino-franco-malienne et depuis mon plus jeune âge, j’habite avec ma famille au Mali. 
Je suis maman de 3 enfants et accueille 4 adorables cousines, vivant avec nous. 

De stagiaire à bénévole au sein de de l'association Sinjiya-ton Mali, j’avoue que cette évolution s’est faite le plus naturellement possible et avec un réel plaisir.

Les enfants accueillis à Dalibougou sont attachants à souhait.
Chacun leur petit programme bien défini (école + activités sportives + participation à l’entretien de la maison ou à l’organisation du service repas…). 
Quiconque est conscient de tout l’effort que l’éducation d’un enfant peu représenter, peut se laisser tenter d’apporter sa petite pierre à ce bel orchestre d’enfants et d’éducateurs qui s’affirment au quotidien au sein de Dalibougou.
Eduquer un enfant est un plaisir qui se vit, et Mamadou Touré, président de Sinjiya-ton Mali et «tonton» des enfants accueillis, «préfère faire un seul pas avec ces enfants plutôt que cent pas sans eux». Je l’ai vu de visu...
Ainsi, encouragée par l’esprit d’ouverture et le grand respect que Mamadou et son équipe d’éducateurs m’ont toujours apportés, j’ai eu envie de partager avec les enfants des moments de plaisir littéraires.
Nous procédons ainsi: les enfants viennent d’eux mêmes m’exprimer le désir de faire partie de notre petit Club de Lecture que nous nous somme amusés à appeler 

“Sinji-Lecture”. C’est ainsi que nous sommes parti de 4 à 12 enfants ayant eux mêmes choisi un livre et étant chargé d’en prendre précieusement soin. Notre petit secret “motivant“ c’est un petit marque-page que je me suis amusée à confectionner, qui comporte une petite place pour le nom et le prénom de l’enfant.
J’imagine que cela crée à coup sûr un sentiment chez l’enfant de s’être approprié le livre dans lequel il place soigneusement son marque-page personnalisé.
Toujours étant que cela marche très bien jusque là et que nous avons eu notre première séance d’exposés de livres déjà lus.

Ces livres ont été lus dans la convivialité, dans l’émotion (au moment du tour de table pour se présenter chacun à son tour et au moment des interventions des enfants exposants), dans les applaudissements et les rires et bien sûr autour de quelques cacahuètes grillés et de jus bien frais.
Pour une question d’organisation, nous nous sommes tous mis d’accord qu’il faudrait souvent renouveler l’expérience. Ceux qui finissent leur livre s'empressent à venir s’inscrire pour un autre”.
J’ai l’habitude de prôner cette citation de Vincent Borel tant j’y crois fermement moi même : « Lire c’est croître » en bambara « Gafé kalan bé dô fara môguô kan ».
C’est bien ce que je souhaite à tous ces amoureux dévoilés de la lecture et bien plus… J’espère qu'à travers les exposés de leurs livres, ils vont acquérir plus de confiance en eux et qu’ils se familiariseront avec la prise de parole structurée en public, afin de pouvoir exprimer leur fort intérieur, leurs idées…




Grand merci à Mara pour son précieux engagement au plus grand bénéfice des enfants de Dalibougou !!!