4 juillet 2009

Anna, infirmière, poète... 3 semaines à Dalibougou en 2009

Maisons de VIE..

des adultes présents,

de la disponibilité,

de l'écoute,

de la patience......beaucoup de patience .

Une cohérence,

un lieu où l'on éduque...

on ne s'y contente pas de loger et nourrir les enfants,

tout y est pensé, agi, pour que les enfants grandissent, guérissent

quittent les rapports de force pour aller vers le dialogue

retrouvent la confiance en eux, en l' autre

se construisent chacun dans leur différence.

Bien sur, ce sont des mots …

des mots qui s'enracinent dans le quotidien

du petit déjeuner à tard le soir...

les jours de lessive, de rangement, de musique, de palabre etc...

La richesse de ce lieu, c'est une équipe d'adultes....

une présence constante, sans complaisance.

A Dalibougou , je me suis mise à rêver.....

et si, ici, partout, « éduquer » retrouvait son sens premier :

du latin « educare » : Conduire, Elever..

privilégier le dialogue pour une vraie éducation....

à ETRE..... à vivre avec les autres...

s'initier à la responsabilité et à la liberté.

Il faut se poser dans les maisons, y vivre.... pour saisir ….

que ce sont les actes posés qui comptent et construisent

J'ai quitté ce lieu avec une foi en la vie renouvelée,

avec la conviction profonde que chaque blessure,

chaque épreuve peuvent être transformées vers plus d'humanité

Dans la joie du partage et de l'instant.....

d'un thé au coin de la rue préparé par Gaoussou,

d'un moment de danse en cuisine,

de discussions sur le banc ….

Pour tout cela , Merci

Première photo (prise par Anna) : La main de Karim "Man chaud", musicien et formateur musical à Dalibougou, jouant du n'goni. Sur la deuxième photo, Anna.