10 mars 2008

Cécile, stagiaire UFR STAPS à Reims, 3 mois à Dalibougou en 2008

Étudiante à l’UFR STAPS de Reims en licence professionnelle « développement social et médiation par le sport » en 2007/2008, mon voyage à été financé par la région Champagne Ardenne grâce à la Fac qui aidait les élèves qui voulaient partir à l’étranger.

Ce stage m’a été très bénéfique dans la mesure où j’ai découvert une nouvelle culture, un nouveau pays, de nouveaux modes de vie et d’autres façons d’agir et de faire. L’adaptation dont j’ai dû faire preuve afin d’évoluer dans ce nouveau milieu m’a apporté une ouverture sociale et psychologique. Ainsi, ce séjour m’a beaucoup apporté et m’a ouvert les yeux sur un « monde » que je ne connaissais pas. Connaître la situation politique, sociale et culturelle d’un autre pays m’a fait évoluer et m’a amené à envisager certaines choses différemment (relativiser des problèmes sans importance…).

Au niveau de ma formation professionnelle, ce stage m’a beaucoup apporté. En effet, au niveau des relations que j’ai pu avoir avec les enfants, les différentes adaptations dont j’ai dû faire preuve par rapport à leurs comportements et leurs modes de fonctionnement m’ont beaucoup appris. Ces enfants qui ont la même dénomination que les enfants français ne leur ressemblent pas. « Catégorisés enfants en difficulté et/ou en danger » ils n’ont pas les mêmes caractéristiques comportementales.

Il a donc fallu à travers la découverte de leur culture, qui était primordiale afin de mieux comprendre leur manière d’être et d’agir, interagir avec ces enfants et tenter de leur transmettre « quelques valeurs et quelques règles de la vie en société » à notre manière. (Projet)

Ce stage a aussi été l’occasion pour nous d’échanger avec les éducateurs, de discuter de nos méthodes de travail, et de comparer les connaissances que nous avions acquises dans nos formations respectives.

La mise en place de mon projet d’activité hip-hop a été très positive. Le montage d’un projet au Mali n’a rien à voir avec celui que l’on peut faire en France. L’adaptation à la culture malienne a été également une étape importante dans l’élaboration de ce projet. Malgré certaines contraintes, j’ai réussi à mener à terme mon projet, ce qui était pour moi un de mes principaux objectifs personnels.

Les enfants ont beaucoup apprécié la finalité du projet et l’équipe d’éducateurs a fait un bilan positif de ces actions. Tous sont favorables à la poursuivre du projet.

Ce projet « atelier hip-hop » m’a permis de rencontrer beaucoup de personnes, notamment des danseurs, et m’a donné l’occasion d’échanger avec eux autour de la danse hip-hop. L’activité danse hip-hop a été ici mon principal outil de médiation.

Ce séjour au Mali est une expérience inoubliable et très enrichissante. Mon bilan personnel concernant ce séjour est très positif et j’espère pouvoir très prochainement le renouveler.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire