1 mars 2006

Les nouvelles de Dalibougou, mars 2006

De retour du Mali après 3 semaines passées auprès de Mamadou Touré et de nos jeunes protégés. Ils ont  tous passé plusieurs années dans les rues de bamako avant d'être accueillis par notre association et Mamadou dans la maison "sinjiya-so".

Nous avons pu constater, lors de ce séjour, les résultats étonnants obtenus par Mamadou et son équipe après moins d’une année de fonctionnement.

En effet, il est indéniable que ces enfants qui ont passé des années seuls dans la rue vont de mieux en mieux.

quatre d’entre eux sont scolarisés et ont, à notre grande surprise, des résultats époustouflants.

L’un est 1er de sa classe, deux sont 2ème et 3ème de la leur, et le dernier est 12ème sur 27 de la sienne (il a été également élu au Parlement des Enfants du Mali et s’est investi d’une mission de porte parole pour la cause des enfants de la rue).

Quatre enfants sont en apprentissage et nous allons, pour eux, mais également pour le personnel de la maison et les personnes du quartier qui le souhaiteront, débuter au mois de mars, un cycle d’alphabétisation complet de 6 mois.

Nous venons également d’embaucher une éducatrice de formation socio-sanitaire (infirmière), qui est venu renforcer l’équipe encore trop faible des 2 éducateurs et introduire un travail spécifique auprès des filles.

En effet, deux petites filles du quartier, agées de 6 et 8 ans et complètement livrées à elles-mêmes, viennent d’intégrer la maison et rejoindre notre « grande » de 14 ans.

Trois des garçons de la maison sont encore très instables car encore sous dépendance liée à l’inhalation de colle, et également encore trop fragiles psychologiquement pour se poser durablement, vivent donc encore entre la rue et la maison.

Les psychothérapeutes pour enfants en grande difficulté n’existant pas encore au Mali, nous avons fait appel à un psychothérapeute africain travaillant entre Paris et Bamako qui, après avoir rencontré ces enfants et Mamadou, se propose d’aider celui-ci ponctuellement, ce qui, d’après lui, est tout à fait possible, et serait très profitable pour ces enfants, vu les capacités dont Mamadou fait preuve dans ce domaine.

Trois enfants de 12 ans sont encore en préparation d’intégration de la maison et ne devraient pas tarder à arriver (règles de vie à accepter et projets personnels d’insertion à envisager).

Voilà donc beaucoup de concret grâce aux efforts conjugués des uns et des autres, ici et là-bas. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire